Les poubelles « BADs » dans les rues de la commune d’Adjamé à Abidjan

  • art_empreintes_48.1

    Une "BAD poubelle", don de la Banque Africaine de Développement (BAD) à Adjamé, Abidjan. Crédit photo: Ladji Siratigui

  • art_empreintes_48.2

    "BAD poubelle" sur une artère insalubre à Adjamé, Abidjan. Crédit photo: Ladji Siratigui

  • art_empreintes_48.3

    "BAD poubelle" installée à un carrefour à Adjamé, Abidjan. Crédit photo: Ladji Siratigui

Sharing is caring!

Depuis quelques années, le gouvernement a entrepris de nombreuses actions pour assainir le visage d’Abidjan. Cela commence à faire long et à agacer les populations qui ne voient aucune avancée, alors que les budgets engloutis eux avancent bien. Ainsi, ces derniers mois les choses se sont ré-accélérées, avec la libération des espaces publiques auparavant anarchiquement occupés par les ordures et des opérations « villes propres ».

C’est dans ce remue-ménage que, des BADs* poubelles (don de la BAD*) viennent d’être installées sur quelques artères de la commune d’Adjamé, au nord d’Abidjan. Pourquoi les populations les trouvent-elles plutôt BADs ?

Les BADs poubelles, un usage inadapté pour Adjamé

Ces poubelles fièrement estampillées « BAD » sont belles dans leur robe verte. Peut-être trop belles pour cette commune dont les rues n’ont plus jamais été propres depuis plusieurs décennies. N’allez surtout pas demander des comptes au maire qui semble avoir d’autres préoccupations. Mais, le plus grand inconvénient des BADs poubelles, c’est qu’elles sont assez petites et difficiles à entretenir.

Adjamé produisant des tonnes d’ordures à la seconde, je ne vois pas comment ces petites poubelles pourront jouer leur rôle. Sinon, elles devront être vidées plusieurs fois dans la même journée. Ce qui, selon moi, ne se produira jamais, les éboueurs étant aux abonnés absents. De nouveaux points de dépôts sauvages d’ordures viennent d’être créés. Si les BADs poubelles sont pleines, les ordures seront déposées juste à côté, le temps que les services de ramassage viennent faire leur boulot.

Il est vrai qu’elles ont l’avantage d’être solidement fixées au sol, mais certains craignent déjà qu’elles disparaissent très vite.

« Avec l’installation de ces poubelles, les voleurs de fer de la commune d’Adjamé vont se frotter les mains », ironise un riverain.

En fait, ces poubelles sont superbes. Mais elles conviennent plus à des sites déjà salubres. Par exemple, les artères de la commune du Plateau, la cité des affaires ou encore dans les universitaires. Les populations d’Adjamé préfèreraient probablement de grands bacs à ordures régulièrement entretenus. Bref, ne serait-il pas judicieux d’aller le leur demander ?

Quel coût pour ces poubelles ?

On imagine bien que ces BADs poubelles ne sont pas tombées du ciel. Quelque part, la planche à billet a dû fortement tourné. L’institution financière qui les offre gracieusement a sûrement mis un sacré pactole dans la commande, le transport et l’installation. Les spécialistes en projet diront : sortie d’argent justifiée = bonne santé du projet. Pour le reste, on verra plus tard. Quoiqu’il en soit, on nous cache toujours tout. Ce n’est donc pas étonnant qu’on n’obtienne jamais de réponse à cette interrogation.

Pour les idées, ils n’ont qu’à demander. On peut faire tellement mieux avec peu d’argent. Ci-dessous, un exemple plutôt simple et surtout moins cher dont on pourrait s’inspirer.

BADs

Vieux bidons transformés en poubelles, gare de taxi au Plateau, Abidjan. Crédit photo: Jallaski

BADs

Vieux bidons transformés en poubelles, gare de taxi au Plateau, Abidjan. Crédit photo: Jallaski

Malgré tout, notons que c’est déjà une action très appréciable pour assainir Adjamé. Cependant, il serait plus souhaitable de faire de meilleurs choix stratégiques dans ce genre de contexte. Aussi, pourquoi ne pas associer les populations à qui sont destinés ces ouvrages. Elles pourraient mieux se prononcer sur leur utilité. Je parle bien d’associer les populations hein, pas vos réunions avec trois invités dans les ministères là-bas.

 

BADs* : Anglicisme pour caractériser ce qui est mauvais (« bad » = mauvais).

BAD* : Banques Africaine de Développement.

Sharing is caring!

The following two tabs change content below.
Jallaski

Jallaski

Je suis Jacques KIRIOUA, de nationalité ivoirienne. Spécialiste en agriculture durable, foresterie et environnement, je suis un blogueur amoureux des TIC et de l’écriture. J'ai découverts le blogging en 2010 avec une aventure d'écriture lancée par avenue225 et depuis, je suis devenu accroc. J'appartiens à la famille Mondoblog depuis 2016. Au plaisir d'avoir vos suggestions pour l'amélioration de mon blog!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *